compensations

Ce tag est associé à 1 articles

Liaison A28-A13, contournement Est de Rouen : pas d’indemnisations !

Un riverain de Gouy, qui a acheté sa maison alors que le projet d'autoroute n'existait pas, c'était un vieux bidule du siècle dernier..., pose la question de l'indemnisation pour la dégradation du cadre de vie, et de la qualité de vie. Ce qui influe bien entendu sur la valeur des habitats.
Alors, dans cette zone géographique censée charrier le plus de véhicules, avec l'énorme échangeur aux confluences du nord (A28, Isneauville, Boos), du sud (CASE, RN154, A13), et de l'ouest (Rond Point des vaches, Saint Étienne du Ry, Oissel) va-t-il être dénaturer le cadre de vie des riverains.
À priori, d'évidence, bien évidemment.
516 hectares de terres naturelles détruites, 136 hectares de forêts détruites définitivement, des champs recouverts par le bitume, du bruit, de la pollution, des véhicules qui vont rouler trop vite à proximité des habitations, on peut imaginer que cela va dénaturer le cadre de vie.
Et que la valeur des habitations va s'effondrer !
Y aura-t-il une indemnisation, au moins pour la perte de valeur des habitations ?
Que nenni ! Le maître d'ouvrage, au travers de Monsieur Peigné, estime d'abord que la SAFER a constitué un certain nombre de réserves pour compenser les destructions de terres agricoles et de forêts.Déjà, ça ce n'est pas tout à fait vrai : les terres sont détruites. La SAFER (vous pouvez l'écouter ici) estime que les politiques doivent avoir le courage de protéger durablement les terres agricoles, et ne pas les mettre en terrains à construire.
Les acquisitions ont exclusivement vocation à rétablir les exploitations agricoles, et non de permettre aux collectivités d’acquérir des réserves foncières pour créer des zones d’activitéIl s'agit donc bien d'une dénaturation du territoire, et du cadre de vie des habitants. Sans compensations, hors pour les exploitants agricoles qui pourront être remembrées par le rachat de terres existantes (agriculteurs partant en retraite...) ou la mise en culture de sols naturels (pariries ou forêts).
Pour ce qui est du cadre de vie des habitants, pour M. Peigné, "il faudra vérifier qu'il y aura bien dénaturation de l'environnement. Le relief est particulier dans ce secteur. Il faut vérifier, [il n'est] pas certain qu'il y ait des incidences avérées. Aujourd'hui, en l'état du droit actuel en France, il n'existe pas de compensations pour préjudices liés à ce type de phénomènes."
Autre cas de préjudice pour Thomas et Myriam, agriculteurs bio près de Montmain, dont la parcelle est en partie recouverte par l'autoroute
Leur question a été posée, mais pas de réponse apportée. Réponse "oubliée" pour des paysans oubliés par l'étude.
On en profitera pour voir l'enfer prévu pour les habitants du hameau du Boc, et la Neuville-Chant-d'Oisel. Une folie !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV